Saturday, November 10, 2012

MODE DE VIE EN 2001

ACCOUTUMANCE OU ENTRAVE VOLONTAIRE A UNE VERITABLE LIBERTE

Bien sur un tel titre pour une entrée en matière aurait tendance à évoquer un débat sur les consomateurs de produits stupéfiants avec leurs effets destructeurs . Il n'en est rien; je vais simplement essayer de développer une vision encore sommaire dans mon esprit, de l'être humain et de sa condition dans ce nouveau millenaire . Il est bien entendu que nous ne sommes que la suite logique de la fin du deuxième milénaire dont nous gardons encore toute l'influence, qui nous a déjà façonné pour la suite à venir.
Je ne prétends pas écrire une "nouvelle condition humaine" car, de toute évidence, je n'en ai pas le talent . Laissons cela aux gens de lettres et d'esprit .

Vers 1950, les facilités de paiments ou l'arrivée sur le marché, disons populaire du crédit à la consommation ont permis à un nombre important de personnes, issues essentiellement de la classe ouvrière, d'acquérir plus rapidement et, sans faire d'économie, des équipements, de l'electroménager à la voiture . la technologie et les méthodes de marketing différentes, n'ont pas provoqués les mêmes changements d'état d'esprit individuel; alors que durant cette période les dépenses importantes faites par les ménages étaient souvent réalisées pour faciliter les taches quotidiennes de Madame, ou pour le cas d'un véhicule, la possibilité de s'évader de son environement, de liberté....

La liberté, aprés ce petit retour en arrière, je vais y revenir.
Donc, les années passant, la démocratisation s'est mise trés activement en fonction non pas pour obtenir volontairement un nivellement je dirais matériel des classes sociales, mais simplement à des fins toutes lucratives .Ces dernières années, nous sommes de plus en plus encerclés de supports publicitaires de toutes sortes . Les spécialistes du marketing sont trés coriaces et les consommateurs tombent trop souvent dans le piège .
Aujourd'hui, nous sommes devenus des "surmatérialisés" à crédits . La différence fondamentale avec le début des années "conso", c'est que de nos jours, ces dépenses sont faites dans du loisir.
C'est la SEGA pour le petit avec télévision et lecteur DVD dans la chambre, Internet pour papa (la preuve!!), un véhicule 4X4 pour maman (et papa), une piscine pour la famille , des téléphones portables et j'en oublie.....Pour cloturer, ils regardent tous ensembles "Loft Story". Pendant ce temps, les adolescents fument, consomment de l'alcool et font des "raves partys" pour tromper l'ennui.
L'ennui, il y en a un: il est bien évident que trop de monde en occident s'est épris follement de cette aisance matérielle . La dépendance est bien réelle pour beaucoup d'entre nous . Dépendance matérielle mais aussi pécuniaire car pour la plupart nous ne sommes que des ouvriers malgré cet étalage de choses superficielles qui provoquent l'individualisme au sein même des familles .
Le français se trouve bien dans cette situation : il a ses jouets, on l'assiste de plus en plus non pas pour l'aider car tout n'est qu'affaire d'argent, de gros profits . C'est ainsi que l'on finit par découvrir que nous sommes bien les propres esclaves d'un système que certains ont façonné pour nous, quitte à abetir la plupart . Le français, épris de liberté dans le passé, se trouve étouffé par un début de "luxure" et par "ses jouets" . Il se croit fort mais, n'a jamais été aussi faible. Il est comme un arbre que le lichen envahit .
Quelle liberté réelle lui reste-il ?

Trop de liberté tue la liberté . Comme dans tout, l'abus dévalorise et lasse le monde . En France, le peuple ne se préoccupe guère des principes fondamentaux de la liberté mais, ils en demandent sans cesse (dernière en date : la rave party débattue à l'Assemblée Nationale le 26 juin 2001), laissant de côté leurs devoirs, plus contraignants .
C'est dans cet amas de liberté que le Français s'entortille et va se perdre lentement, s'enchainant à lui-même . C'est une liberté de revers de progrés, de phase cachée qui apparaît au grand jour par le biais de l'heureux consommateur. Il a tout, mais tout quoi au juste ?...
Il a tout de l'individualiste primaire engoncé dans son matérialisme témoin de sa réussite sociale et peut-être même aussi familiale . Bravo ! Les Romains et les Grecs ont périclités un peu de la même façon . (voir J.J ROUSSEAU "l'inégalité des hommes")

Restons lucide et vigilant sinon les sentiments, les émotions, les sens de base de l'individu, ce qui reste, les fondations de notre système biologique, et psychique vont être modifiés .
Ne cherchons pas toujours à adapter à nous mais adaptons nous en prenant le meilleur dans tous les domaines ( ou presque ) et sans l'abus qui ronge; car il fait toujours rétrécir les acquis .
La véritable liberté, cet ensemble, je dirais que cela pourrait représenter un trés vaste champ en friche. Un être au milieu, libre, libre comme l'air . Ou va-t-il ? Que fait-il? Il tourne en rond . S'il aperçoit une lumière, un quelconque repère dans cette immense friche, il se dirigera vers ce point, librement, mais à la recherche de repères, de bornes, de son prochain aussi .
Il va donc délimiter cette liberté qui, toute nue, a l'état brut ne représentait rien pour lui. Que pouvait-il bien en faire ?
De nos jours, le minimum vital se contente de tellement de choses les plus diverses que nous avons rajouté des jalons supplémentaires, toujours plus, plus prés . Nous sommes comme une sorte de bateau trop bien amarré qui ne subira plus l'assaut des tempêtes certes mais qui ne prendra plus jamais l'air du large......

A bien y regarder, le bateau me semble une bonne image .

A quel équilibre aspire-t-on ? Un équilibre économique sûrement a travers des sytèmes virtuels . La modialisation, et autres, des termes qui cachent un nivellement, un écrasement de l'âme pour du commerce industriel, des chaines de magasins parout les mêmes, identiques, de CALAIS à GRANADA . Triste non !

Le quotidien d'hier va devenir le luxe d'aujourd'hui, manger des fruits français qui ont du goût, du bon pain de campagne, vivre ailleurs que dans une grande agglomération ; un retour aux sources pour une minorité qui ne cesse d'augmenter chaque année . Une prise de conscience aprés une période il y a quelques années, d'une "bétonisation" à outrance et bien peu esthétique .


Voici donc cette petite reflexion qui se termine, c'était un soir de pleine lune, il faisait beau . Je suis alors sorti sur la terrasse et j'ai écrit spontanement ces quelques lignes .J'en avais envi, je l'avais en moi et il fallait que cela sorte . Des amis m'ont dit en le lisant , que je devrais en faire un blog . J'ai mis un peu de temps puis voilà, ce soir 13 mars 2007, c'est fait .
Peut-être d'autres suivront .......

2 comments:

JLG said...
This comment has been removed by the author.
JLG said...

J'ai trouvé votre analyse efficace et j'attends la suite !
Pour rebondir sur votre propos, il me semble que seul le désastre écologique qui se profile nous obligera peut-être à réagir, et à revoir de fond en comble nos modes de consommation, en distinguant l'essentiel du superflu.
Mais la prise de conscience ne semble pas encore tout à fait à l'ordre du jour..